Audio Café

Tous les sujets audiophiles et hifi sont abordés, avec ou sans café, simplement
 
AccueilCalendrierFAQRechercherGroupesMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le politique, le futur

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
RicharD



Messages : 3952
Date d'inscription : 20/04/2010

MessageSujet: Re: Le politique, le futur    Sam 7 Jan - 14:30

Michel, on dirait que tu ne l'aimes pas Sarko. LOL

En plus de Sarko, vous avez vos moineaux vous autres aussi. Marine Le Pen c'est pas mal comme philosophie. Il doit y en avoir d'autre.

On dit que nous avons les politiciens que nous méritons. Coudonc, on mènes-tu des vies à ce point dépravée?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le politique, le futur    Sam 7 Jan - 15:56

RicharD a écrit:
Michel, on dirait que tu ne l'aimes pas Sarko. LOL

En plus de Sarko, vous avez vos moineaux vous autres aussi. Marine Le Pen c'est pas mal comme philosophie. Il doit y en avoir d'autre.

On dit que nous avons les politiciens que nous méritons. Coudonc, on mènes-tu des vies à ce point dépravée?

Je veux pas me prendre pour un autre... Mais je suis certain de ne pas mériter ceux qu'on a Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le politique, le futur    Sam 7 Jan - 20:46

RicharD a écrit:
Jacques, la sagesse populaire est le seul rempart que nous avons pour ne pas se faire avoir plus. Ceci dit le gros bon sens populaire ne met personne à l'abri des folies. Ceci dit, voilà un concept qui est difficile à expliquer en face à face, alors un forum........

Je m'acharne pas sur toi Richard...
Ton deuxième point exprime ce que je veux dire en parlant de cette fameuse sagesse populaire. Oui ce sont des peuples qui discutent plus de politique que nous mais... c'est le verdict populaire qui gagne. On appelle ca la dictature de la masse, qui est le revers de la démocratie. Le prix à payer.

RicharD a écrit:

Oui pour l'éducation politique mais qu'en est-il des pays qui ont une population plus politisées. D'abord y en a t'il? Peut-on dire que la France ou l’Italie sont plus politisés? Si oui ces deux pays ont eu le goût, par leur science politico/machin d'élire Sarko et Berlu. Alors si c'est le cas, l'éducation c'est comme le gros bon sens populaire, ça ne blinde contre rien.
Dans le nouveau monde, on pourraît faire mieux. Le bagage nationaliste est moins pourri. Les indépendentistes Qc sont plutôt progressifs et ouverts. Ce sont les conservateurs qui sont réactionnaires. Et il y en a beaucoup hors frontière dans le ROC.
RicharD a écrit:


Mon idée la dessus est qu'il faut réfléchir dans son ensemble le système. La tâche est colossale tant elle est complexe. Peut être qu'il faudrait commencer par mieux se définir pour savoir ce que l'on veut.

OK, une constitution québécoise pourraît inclure la définition de ce qu'on veut être. Ca exigerait toute une belle discussion non?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le politique, le futur    Dim 8 Jan - 7:02

RicharD a écrit:
Michel, on dirait que tu ne l'aimes pas Sarko. LOL

En plus de Sarko, vous avez vos moineaux vous autres aussi. Marine Le Pen c'est pas mal comme philosophie. Il doit y en avoir d'autre.

On dit que nous avons les politiciens que nous méritons. Coudonc, on mènes-tu des vies à ce point dépravée?


Je n'aime pas Sarko, oui, ça doit se deviner à travers mes insinuations subtiles, du style "quel con ce mec" que je laisse filtrer de temps à autre...

Le gros problème que nous avons en France est la désaffection des gens pour les élections.
Le Ras-le-bol des politicards "tous-les-mêmes-pourris" fait que les pourcentages d'inscrits sur les listes électorales et les taux de participations aux élections sont faibles.
Or, cette tendance est la fin de la démocratie !
S'il n'existe pas de taux de participation minimum pour valider ou invalider une élection, on va vers des élections décidées par 10 ou 15% de la population pour tous les autres ! Ce n'est plus de la démocratie car ces électeurs là sont essentiellement des militants...
Autrement dit, les militants politiques éliront leurs représentants sous les yeux morts de la majorité silencieuse, installée devant sa TV à regarder le dernier match de foot.

Donc, je demande que au moins 80% des inscrits aillent voter, et qu'un candidat soit élu avec une majorité de 75% des voix, et pas 50,00001% comme actuellement. 50,1 %, ce n'est pas une majorité, c'est le découpage du pays en 2 blocs antagonistes.

Et je demande aussi la reconnaissance du vote blanc, non pris en compte chez nous : c'est le moyen de dire qu'aucun des candidats en lice ne nous convient. On n'a pas ainsi à choisir entre un très mauvais et un mauvais programme.
Bien sur, un certain pourcentage de votes blanc invalide l'élection.

La transparence des comptes de campagne serait aussi une bonne chose, parce actuellement, bonjour les dessous de table et autres versements occultes et sous commissions et j'en passe...

Putain, on n'est pas sortis de l'auberge..... Neutral
Revenir en haut Aller en bas
RicharD

avatar

Messages : 3952
Date d'inscription : 20/04/2010
Age : 64
Localisation : Val d'Or

MessageSujet: Re: Le politique, le futur    Dim 8 Jan - 8:55

Jacques,

Toute une discussion en effet. De ce fait je me demande si le bon peuple doit être inviter au souper, celui où la nouvelle constitution serait écrite. Attention, je ne dis pas que le bon peuple, voteur/payeur de taxes et d'impôt ne doit être au courant au contraire. Il aurait son mot à dire c'est un droit, un privilège.

6 ans serait le terme pour un gouvernement. Pas plus de 6 ans. Tu as 6 ans pour écrire l'histoire. Aussi la mise en place d'un levier de satisfaction/expulsion après la moitié du terme. Ce n'est qu'un début. Je me réfère à une phrase de Louise Beaudoin, pour les forumeurs internationaux, elle est une ex-députée Péquiste, démissionnaire au printemps dernier. "Il faut revoir la façon de faire de la politique".

Dernier point. Le Québec n'est pas dans ma mire lorsque je parle de nouvel ordre. Le problème est mondial et le nouvel ordre se doit d'être mondial. C'est une opinion, la mienne.

Michel,

Nous vivons exactement la même situation ici. La désaffection du bon peuple de la chose politique. Les gens sont devenus cyniques tant ils ont l'impression que finalement rien ne bouge lorsque cela vient de la base.

C'est dans ce sens là que j'imagine le rôle du voteur. Il faut savoir quelle est notre place et faire valoir nos droits bien sur mais cela implique de connaître ses devoirs. Je suis moins certain tout d'un coup que les gens vont embarquer.

Pour la première fois de l'histoire de l'humanité, nous vivons dans un contexte de mondialisation. Rien n'est comparable et est d'une complexité jamais vue. Tout se sait, s'entend, se voit au quart de tour. Je me demande si nous sommes équipés psychologiquement, moralement et physiquement pour supporter et contrôler, en tant que peuple terrien, la pression que le système nous impose.

Si les règles établies étaient respectées toujours alors que le "chacun pour soi" est encore le leitmotiv général.

Comme tu dis, putain, on est pas sorti de l'auberge
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le politique, le futur    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le politique, le futur
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le Politique selon Platon
» Fils de politique méritocratie
» Approche socio-politique de l'Asie musulman
» Futur réunion des membres
» [Politique] Géorgie - Russie - Osséties - Abkhazie- Kosovo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Audio Café :: autour d'un expresso, y s'en dis-tu des niaiseries-
Sauter vers: